Éditorial

C’est gratuit?

L’USAGE DE PLUS EN PLUS répandu d’Internet a de multiples conséquences dans nos habitudes de vie. L’une d’elles consiste en l’émergence d’une certaine culture de la gratuité: en effet, nous pouvons nous informer, lire et nous divertir sans payer quoi que ce soit. Les dictionnaires, encyclopédies, sites de vidéos, de recettes ou de jeux en ligne abondent. Il suffit de quelques clics pour trouver une réponse à une question, une solution à un problème ou de quoi nous instruire sur presque tous les sujets.

Ce phénomène n’est pas sans conséquences. Ainsi, la commission parlementaire sur l’avenir des médias tenue récemment au Québec a mis en lumière une difficulté de plusieurs quotidiens régionaux: leur contenu est réutilisé par de grandes plateformes sur Internet et ils n’en tirent pratiquement aucun profit. De plus, leurs revenus publicitaires fondent comme neige au soleil, les entreprises et autres organismes s’annonçant de plus en plus sur Internet, au détriment de la presse papier. Cette tendance met en péril la qualité et la diversité de l’information offerte à la population, ce qui constitue même un risque pour la démocratie.

Cette mutation médiatique et sociale touche aussi la vie de l’Église. La situation financière de bien des paroisses est en déclin et incite, de façon légitime, à chercher des moyens d’épargner, notamment grâce à Internet. Ainsi, il n’est pas rare que nous recevions des demandes pour obtenir le contenu intégral de Prions en Église en version numérique. Généralement, c’est dans le but de projeter les textes de la messe sur écran. Nous ne donnons pas suite à ces requêtes d’abord parce que les textes qui paraissent dans nos pages sont protégés par des droits d’auteurs; ils ne peuvent être reproduits, même sur écran, sans l’autorisation de leurs éditeurs. De plus, sur le strict plan liturgique, la pratique de projeter les textes sur écran est loin d’être recommandable. Enfin, cela entraînerait sans doute une diminution des abonnements et, par conséquent, des revenus qui, justement, sont nécessaires à la réalisation de Prions en Église.

La maison d’édition Novalis s’est donné pour mission de rendre service aux communautés chrétiennes d’ici. Elle se consacre depuis plus de quatre-vingts ans à produire du matériel de qualité qui s’inscrit dans la pratique et la tradition de l’Église. Elle tient à offrir ses produits au plus bas prix possible. Cela dit, la qualité a aussi un prix et Novalis ne peut se permettre de ne pas entrer dans ses frais. D’où l’importance de bien peser le pour et le contre dans la recherche de solutions pour affronter les défis budgétaires auxquels font face beaucoup de nos communautés chrétiennes.

Jean Grou

 

La maison d’édition Novalis s’est donné pour mission de rendre service aux communautés chrétiennes d’ici.