Accueil
  • 2e semaine du temps ordinaire
    Semaine de prière pour l'unité des chrétiens
    Couleur liturgique: vert

    Témoins de la foi

    Sainte Marguerite de Hongrie (1242 - 1270). Princesse hongroise, consacrée à Dieu dès l’âge de 3 ans. Elle entra à 12 ans dans un couvent dominicain, situé sur une île du Danube. Elle y mena une vie de pénitente.
    Xavier Lecœur

    Lectures


    Éditorial du mois de janvier

    «Ne crains pas!»

    IL Y A UN AN, personne ou presque ne prévoyait que l’année 2020 allait être si étrange. Début janvier, nous nous souhaitions candidement les vœux habituels de joie, de bonheur et, surtout, de santé. Nous baignions alors dans une certaine innocence, sans nous douter que quelques semaines plus tard, tout allait basculer. Aujourd’hui, en ce début de 2021, nous avons toutes les raisons de nous inquiéter: que nous réservera cette nouvelle année? Le pire serait-il à venir? Quel imprévu à peine imaginable nous tombera dessus?

    En savoir plus >

    MÉDITATION DU JOUR

    (Marc 2, 18-22) Il n'est pas toujours facile d'accueillir la nouveauté... De quitter ses petites habitudes, de changer ses vieilles outres pour des neuves... Mais n'est-ce pas cela le jeûne véritable: se départir de ce qui encombre sa vie pour faire à l'Époux toute la place?

PRIER ET RÉFLÉCHIR EN ÉGLISE

Bonne nouvelle

     Le mot évangile nous fait penser aux textes de Matthieu, Marc, Luc et Jean. Que signifie-t-il lorsqu'il est employé dans le Nouveau Testament? Comment peut-il nous inviter à repenser la transmission de la foi?

    Au sens premier, ce mot désigne l'annonce d'une bonne nouvelle, telle la naissance d'un enfant (cf. Luc 1, 19). Dans le Nouveau Testament, il évoque surtout le salut proclamé par Jésus: «Les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle.» (Matthieu 11, 5) Ce mot, évangile/bonne nouvelle désigne ce qui est annoncé par les paroles et les actions de Jésus.

     Au 2e siècle, le mot évangile/bonne nouvelle semble si important qu'il va devenir le titre des livres de Matthieu, Marc, Luc et Jean. L'origine de ce genre littéraire «évangile» vient probablement du début de l'Évangile de Marc: «Commencement de l'Évangile [Bonne Nouvelle] de Jésus, Christ, Fils de Dieu.» (Marc, 1, 1).

     Pour Paul, Dieu est à l'origine de cette bonne nouvelle qui se réalise en Jésus. Il a conscience de participer activement à cet événement salutaire par sa proclamation qui engendre la foi. Il évangélise, c'est-à-dire qu'il proclame l'heureuse annonce.

     Ce mot fondamental pour la foi chrétienne nous invite à nous demander si nos paroles, nos actions, nos liturgies sont de bonnes nouvelles. Avons-nous oublié le côté «heureux» de l'heureuse annonce? Notre monde a tant besoin d'une bonne nouvelle. Dansons, sourions, aimons, rions, jouons pour propager la joie de l'Évangile. 

Sébastien Donne

 

 

 

 

 

 

Application Prions en Église

Application Prions en Église

Nous vous offrons un accès gratuit à l’application Prions en Église France et à l’espace premium qui proposent l’intégralité des lectures des messes et bien plus.
Découvrez >

Célébrer Noël à la maison avec Prions

La solennité de Noël devra être célébrée de manière bien différente cette année. Nous vous avons donc préparé une édition spéciale du Prions en Église afin de vous aider à vivre cette grande fête à la maison, mais en union avec toute l’Église. Téléchargez cette édition digitale et envoyez-la à vos proches !