Accueil
  • 4e semaine de Pâques
    Couleur liturgique: blanc

    Témoins de la foi

    Saint Adalbert. Né en Bohême en 956, Adalbert fut ordonné évêque de Prague en 983. Attiré par la vie monastique, il devint moine bénédictin à Rome, sur l’Aventin. Il annonça l’Évangile en Pologne, en Prusse, en Hongrie et en Russie, ce qui lui valut d’être surnommé l’apôtre des Slaves. Il mourut martyr le 23 avril 997.

    Lectures


    Éditorial du mois d'avril

    Vers Emmaüs plutôt que Lépante

    LE 7 OCTOBRE DERNIER, une chaîne humaine d’environ un million de catholiques polonais s’est mobilisée aux frontières du pays pour réciter le rosaire. La conférence épiscopale polonaise s’est clairement dissociée des instrumentalisations racistes de cet acte «purement religieux» dont «l’objectif était de prier pour la paix». N’empêche que certains participants et participantes ont vécu ce Rosaniec do granic (Rosaire des frontières) comme une «déclaration de guerre» contre l’avancée islamique et le mal qui mine les valeurs fondamentales du continent européen.



    En savoir plus >

    MÉDITATION DU JOUR

    (Jean 10, 1-10) Jésus se présente comme la porte d’accès au salut. Quiconque passe par lui, peu importent ses origines, goûte à la vie en abondance. Personne d’autre que lui ne peut offrir un tel salut. Il est le seul et unique chemin à suivre, le bon pasteur.

PRIER ET RÉFLÉCHIR EN ÉGLISE

Confiance, fruit de fidélité

Que de mots ont la même racine latine que le mot fides, foi! Parmi ceux-ci: confiance. Avoir confiance en quelqu’un, c’est se fier à une personne en qui l’on croit. C’est lui être fidèle. C’est espérer en cette personne, être assuré de son amour et respecter l’autorité avec laquelle elle nous invite, nous accueille et nous guide sur le chemin du bonheur.)

Pour les chrétiens et chrétiennes, la confiance est d’abord cette aptitude à croire en Dieu, à mettre notre main dans celle de Jésus qui nous mène au Père par un chemin de joie, mais aussi de souffrance vécue dans l’abnégation. Un chemin de foi, mais aussi de doute exploré dans l’espérance. Comme l’enfant qui serre la main de ses parents en étant toujours sûr d’être protégé par eux, nous vivons dans l’assurance d’être béni de Dieu, nous qui sommes ses fils et ses filles par notre baptême. Nous avons confiance en lui à cause de son autorité amoureuse. Puisqu’il nous aime, il mérite notre confiance.

Heureux, heureuses sommes-nous si ce fruit de l’Esprit qu’est la confiance nous porte à reconnaître des témoins à qui nous pouvons aussi nous fier! Ils sont comme ces saints et saintes qui nous inspirent par leur histoire de vie ou ces personnes parmi nos contemporains qui nous émerveillent par leur magnanimité dont la confiance est un aspect important et même une condition (cf. Dictionnaire des mots de la foi chrétienne, Cerf, p. 303).

 

La confiance en Dieu nous pousse à la confiance en nous-mêmes et dans les autres. Elle est une facette essentielle de la charité, grand fruit de l’Esprit.

Denise Lamarche

 

Catalogue printemps

Alors que la nature renaît, les Éditions Novalis vous présentent leur sélection de livres et de produits pour nourrir votre vie spirituelle. Vous y trouverez de nombreuses nouveautés et des suggestions de cadeaux.
Explorez >

Application Prions en Église

Application Prions en Église

L'Application Prions en Église facilite la prière et rend la parole de Dieu accessible en toutes circonstances.
Découvrez >