Accueil
  • 19e semaine du temps ordinaire
    Couleur liturgique: vert

    Témoins de la foi

    Saint Jean Eudes. Prédicateur puissant dans la France rurale du 17e siècle, Jean Eudes proposait aux chrétiens l’amour de Dieu, tel que vécu dans le cœur de Jésus et de Marie. Il fonda la Congrégation de Jésus et de Marie (Eudistes) et celle des Filles de Notre-Dame de la Charité.

    Lectures


    Éditorial du mois d'août

    Désir et goût de Dieu

    DANS UN AMUSANT mais très sérieux petit ouvrage — Paraboles et Fariboles (Fayard; 1978) —, Jacques Loew posait cette question: «Comment faire boire un âne qui n’a pas soif? Et comment, toute révérence gardée, donner la soif et le goût de Dieu aux hommes qui les ont perdus? Et qui se contentent du pastis ou du whisky, de la télé ou de l’auto?» Ajoutons aujourd’hui l’internet ou le téléphone intelligent. La seule réponse qui respecte la liberté de cet âne, répondait le père Loew, est de «trouver un autre âne qui a soif… et qui boira longuement, avec joie et volupté, au côté de son congénère. Non pas pour donner le bon exemple, mais parce qu’il a fondamentalement soif, vraiment, simplement soif, perpétuellement soif».



    En savoir plus >

    MÉDITATION DU JOUR

    (Matthieu 19, 13-15) Les enfants d’aujourd’hui, les petits de notre société, peuvent-ils s’approcher librement du Seigneur? Quel accueil réservons-nous dans nos églises aux jeunes familles, aux mal-aimés, aux démunis? Est-ce que Jésus doit encore nous dire de leur ouvrir les bras?



PRIER ET RÉFLÉCHIR EN ÉGLISE

Le commerce international

Le commerce international n’est pas un phénomène récent. Le roi David faisait venir à Jérusalem des cèdres du Liban. Salomon importait ses chevaux du royaume hittite. Des archéologues ont trouvé dans les ruines des plus anciennes civilisations des traces d’un intense commerce entre les peuples d’alors.

Mais les échanges de biens, de services et de capitaux entre pays ont pris une ampleur inédite avec le phénomène de la mondialisation. D’immenses navires parcourent désormais les mers du monde, chargés de lourds conteneurs. Le commerce par Internet fleurit. Les médias ont abondamment discouru sur l’ALÉNA, le Partenariat transpacifique, l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne.

Des relations équitables? 

Le commerce est une activité humaine. Des critères éthiques doivent imprégner les relations qui s'y déroulent. Le droit au libre commerce ne peut pas échapper au principe naturel et fondamental de la destination universelle des biens de la terre. Ces activités ne peuvent pas être gérées par des lois qui ignorent ou négligent la situation de tant de gens cancérisés par la faim, la soif, la maladie et l’appauvrissement. La solidarité et l’interdépendance humaines exigent des relations équitables entre les partenaires commerciaux.

S’impose à nous, citoyens et citoyennes d’un pays riche, un examen de conscience dans ce domaine. Des efforts sont accomplis pour aider — sur les plans humain, financier et technique — divers pays en voie de développement. Mais est-ce que les politiques qui gèrent notre commerce international n’ont pas tendance à annuler ces efforts par le jeu des relations commerciales que nous organisons en notre faveur? Enlevons-nous d’une main ce que nous donnons de l’autre? Est-ce que la mondialisation du commerce va dans le sens du respect des peuples, de leur dignité et de leurs responsabilités? Est-ce que nos compagnies transnationales respectent vraiment les populations et les territoires dont elles exploitent les richesses naturelles et humaines? Tant le commerce international que l’exploitation des richesses des pays pauvres ne risquent-ils pas d’imposer à certains peuples des contraintes injustes qui les appauvrissent encore plus?

Une éthique des échanges internationaux

«La liberté des échanges n’est équitable que soumise aux exigences de la justice sociale», écrit le pape Paul VI en Populorum progressio (Le développement des peuples, numéro 59). Et il ajoute: «Dans le commerce entre économies développées et sous-développées, les situations sont trop disparates et les libertés réelles trop inégales. La justice sociale exige que le commerce international, pour être humain et moral, rétablisse entre partenaires au moins une certaine égalité de chances.» (numéro 61) Est donc exigé le redressement des relations inéquitables entre peuples riches, dont nous sommes, et peuples pauvres. En particulier, il faut assurer une réelle égalité dans les discussions et les négociations.

Ainsi pour éviter d’augmenter les inégalités, l’extension à l’échelle mondiale des échanges commerciaux exige, selon Populorum progressio, une mondialisation de la solidarité entre les peuples. Il faut stimuler la conscience qu’il n’existe qu’une seule planète à notre disposition et que nous formons une seule et même grande famille.

Mgr Roger Ébacher

 

Les carnets du parvis

Notre blogue - Les carnets du parvis

Suivez notre équipe de blogueurs!
En savoir plus >

Application Prions en Église

Application Prions en Église

L'Application Prions en Église facilite la prière et rend la parole de Dieu accessible en toutes circonstances.
Découvrez >