Accueil
  • 6e dimanche de Pâques
    Couleur liturgique: blanc

    Témoins de la foi

    Sainte Rita de Cascia. Née dans un petit village d’Italie, Rita doit épouser un homme rude, qui meurt assassiné. Leurs deux fils souhaitent venger leur père, mais meurent aussi, remplis d’un esprit de pardon. Rita travaille à la réconciliation des clans ennemis avant d’entrer chez les Augustines de Cascia, où elle supportera patiemment les douleurs de la maladie jusqu’à sa mort en 1457.

    Lectures

    • Actes 15, 1-2.22-29
    • Psaume 66 (67)
    • Apocalypse 21, 10-14.22-23
    • Jean 14, 23-29

      En savoir plus >

    Éditorial du mois de mai

    «Donnez-vous un an!»

    ASSIS TRANQUILLEMENT sur le banc arrière de l’église St. Andrew the Apostle à Sudbury, en Ontario, je priais pour demander plus de clarté. Après avoir terminé ma treizième année scolaire, je devais décider de l’orientation de ma vie. L’étude du droit m’attirait. Mais la possibilité d’étudier pour devenir prêtre était aussi dans mon esprit. Que faire? La réponse a été lente à venir, mais fut très claire: «Donne-toi un an!» Et voilà! C’était la réponse. J’ai ressenti une paix intérieure.

    En savoir plus >

    OBJECTIF-VIE

    Goûter la parole de Dieu

    — Chaque jour cette semaine, je prends le temps de lire à haute voix un passage des Écritures pour laisser la parole de Dieu résonner en moi et porter des fruits.

    — Par un mot ou un geste, je contribue à faire régner la paix autour de moi.

     

CÉLÉBRER LE DIMANCHE AVEC PRIONS

22 mai 2022 – 6e dimanche de Pâques C (Blanc)

Les suggestions de cette section s’ajoutent à celles que Prions en Église offre chaque dimanche. Elles proviennent de la revue Vie liturgique

PRIER ET RÉFLÉCHIR EN ÉGLISE

Nous nous sommes «posés»...

Oui, nous nous sommes «posés» durant la pandémie. Le confinement nous a forcés à le faire. Et bien que la situation en elle-même n’ait été en rien porteuse de bienfaits, nombreux sont ceux et celles qui ont su en tirer profit de toutes sortes de manières. Plusieurs personnes de mon entourage, à qui j’ai fait appel, ont bien voulu mettre des mots sur ce qu’elles en avaient tiré de bon. J’ai retenu ici l’essentiel de tout ce qui m’a été partagé.


Un temps pour ralentir 

«Il y a un moment pour tout», lit-on dans l’Ecclésiaste (3, 1), et le confinement a d’abord été un temps… pour ralentir. Si certains ont trouvé cet arrêt difficile, beaucoup ont béni le rythme apaisé du quotidien et apprécié de moins courir, libérés de leurs agendas trop remplis. La «vie sur pause» nous a permis de reprendre notre souffle! Et d’avoir enfin du temps! Le temps de se reposer, de flâner, de lire, de se ressourcer. De vivre le moment présent avec bonheur et reconnaissance. De redécouvrir, seul ou en famille, les joies simples du quotidien.

Plusieurs m’ont dit en avoir profité pour «se reconnecter» avec la nature, faire de longues marches, découvrir des lieux inspirants. Pour développer aussi de nouveaux intérêts, de nouvelles habiletés. Le confinement n’a-t-il pas stimulé la créativité, et ce, à tous points de vue? D’autres encore ont élargi leur univers grâce aux activités en mode virtuel qui se sont multipliées. Et qui ont ouvert de nouvelles fenêtres de rencontre, aboli des distances et brisé plusieurs frontières.

Le confinement, on ne le sait que trop, a été néfaste pour bien des couples, mais il a permis à d’autres de se rapprocher. De nombreux parents et enfants ont aimé se retrouver en famille et passer du temps ensemble. Apprenant ainsi à mieux se connaître et à s’estimer davantage les uns les autres. La crise sanitaire a également développé notre conscience sociale et apporté un sentiment très fort de solidarité, et ce, à l’échelle mondiale.

Un temps pour l'intériorité

Un autre bienfait du confinement, et non le moindre, a été d’ouvrir toute grande la porte à l’intériorité. Beaucoup de gens se sont mis à réfléchir sur leurs valeurs et sur le sens de leur vie. Plusieurs m’ont confié avoir «fait du ménage» à l’intérieur d’eux-mêmes. Pour «se ramasser», s’apaiser, retrouver leur équilibre et leur unité. Se désencombrer et se recentrer sur l’essentiel. D’autres, apprivoisant le silence et la solitude, sont entrés dans leur «sanctuaire» intérieur et y ont découvert la présence de Dieu, toute proche. N’est-ce pas d’ailleurs au-dedans de nous, et non au-dehors, que le Seigneur se laisse trouver, disait saint Augustin (Confessions, X, XXVII)? La pandémie nous a ramenés au plus intime de nous-mêmes et, ne serait-ce que pour cette raison, elle a été une chance. Une occasion à saisir. Un appel pour aller plus loin.

***

«Il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir transformateur d’une crise», écrit fort justement le théologien Jean-François Gosselin dans son livre L’âme retrouvée — Le cadeau d’une crise, publié en plein cœur de la pandémie. «Car, poursuit-il, une parole intérieure habite l’épreuve et cache en elle un trésor, plus encore, un élan de vie.» (Montréal, Médiaspaul, 2020, p. 12) Dans une prochaine chronique, nous aborderons les prises de conscience que la pandémie nous a permis de faire.

Yolande Richard 

 

 

Application Prions en Église

Application Prions en Église

Nous vous offrons un accès gratuit à l’application Prions en Église France et à l’espace premium qui proposent l’intégralité des lectures des messes et bien plus.
Découvrez >

Un temps pour prier

Un temps pour prier

Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir chaque semaine des intentions de prière en lien avec l’actualité locale, internationale et religieuse.
Découvrez >

 
ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT À L'INFOLETTRE 'UN SOUFFLE PARTAGÉ'!
Selection du printemps